Le mot du Président

La SFTAG n’est pas seulement la société savante de la Silver Économie.

Même si vieillir est plus visible chez les seniors, le vieillissement est un processus qui nous accompagne tout au long de notre vie et provoque des fragilités bien diverses. Les nouvelles technologies, dans leur capacité considérable et leur développement accéléré, viennent bousculer nos rigidités, issues de ces vieillissements. Faut-il en avoir peur, alors même que ces technologies peuvent tellement nous soulager, nous aider, nous simplifier le quotidien ? Pour autant, ces technologies seraient-elles la panacée pour répondre à des difficultés de dépendance ?  Comme nous le montre la Télémédecine, les technologies améliorent les possibilités dans les situations d’isolement, sans se substituer aux examens cliniques requis.

L’enjeu de ces échanges entre nos vieillissements, nos fragilités, nos handicaps et les technologies nouvelles provoque un questionnement surplombé par le sujet de l’autonomie et plus encore de l’autonomie partagée.

La SFTAG, avec rigueur et méthode, s’approprie la gérontechnologie comme un projet interdisciplinaire des sciences et des usages combinant les vieillissements, les technologies et nos humanités dans leur autonomie. La question est éminemment sociétale, même si, dans le phénomène de l’autonomie, la santé et le point de vue médical ont une importance cruciale.

Comme l’avait déjà pensé Georges Canguilhem : « La vie est moins le résultat d’un processus que le succès d’une tentative : c’est ce que signifie la définition du terme de « vie » comme santé »*. Alors, les solutions concrètes que nous devons construire s’inscrivent dans une concourance des vieillissements,  des technologies et de notre autonomie à gérer nos désirs et nos élans de vie.

 

* Barthelemy DURRIVE – Quelques concepts de Georges CANGUILHEM
Benoît Charpentier de Beauvillé
Président SFTAG