Pour les deux organismes, cette mission est essentielle afin de lutter contre la pénurie de personnel. Pour cela, ils estiment comme nécessaire la mise en place d’une importante stratégie de communication permettant de valoriser ces métiers ainsi qu’une revalorisation des carrières et salaires des professionnels du Grand Âge.

Les deux entités confirment les propos de la ministre quant à l’urgente mise en place d’importantes mesures en faveur du maintien à domicile des personnes âgées. Le SYNERPA appelle notamment à la fixation d’un montant de participation de l’Aide Personnalisé à l’Autonomie équitable à l’échelle nationale et à développer l’idée de structures intermédiaires entre EHPAD et aide à domicile.

Le SYNERPA insiste par ailleurs sur le besoin d’amélioration des formations initiales et continues passant notamment par l’intégration de nouvelles compétences et la suppression du concours d’aide-soignant dans le but de susciter plus de vocations dans le secteur.

L’AD-PA souligne quant à elle une évolution impérative du modèle de l’aide aux personnes âgées passant par la création de deux nouveaux postes par structure et à domicile notamment des postes d’aides à domicile, animateurs de vie sociale, éducateurs spécialisés, psychologues… ainsi que par une augmentation du temps de travail pour les professionnels et le développement de nouveaux métiers et services axés sur l’accompagnement socio-culturel.