Le 3 juillet, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, a annoncé la création d’un congé indemnisé en faveur des aidants familiaux qui devrait être mit en place dès 2020.

On dénombre actuellement 11 millions de personnes qui accompagnent un proche en situation de dépendance, soit plus d’un français sur six et parmi eux, plus de la moitié sont contraints de cumuler une vie professionnelle en plus de leur rôle d’aidant. Cependant, le rôle des aidants n’est pas encore reconnu à juste titre au sein de la société.

Le 25 avril dernier, lors d’une conférence de presse, que cet enjeu a été évoqué par le Président de la république qui estime comme nécessaire la reconnaissance du rôle d’aidant familial. Il faut selon lui « leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits ».

S’il existe déjà depuis 2017 le congé de proche aidant permettant aux aidants familiaux de cesser leur activité professionnelle sous condition et pour une durée maximale de trois mois dans le but de s’occuper d’un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie, celui-ci n’est cependant pas rémunéré et par conséquent très peu de personnes souhaitent en profiter.

La 3 juillet, Agnès Buzyn a annoncé un plan en faveur des aidants familiaux qui sera présenté à l’automne en présence de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargé du handicap. L’une des principales mesures de ce plan sera la création d’un congé rémunéré, destiné aux aidants qui doivent prendre soin d’un proche en situation de dépendance, qui figurera dans le prochain budget de la Sécurité sociale.

Je peux déjà vous dire que parmi les axes majeurs de ce plan figurera la conciliation de la vie professionnelle et de la vie de proche aidant. Pour la faciliter, nous allons créer un congé de proche aidant, indemnisé, dès la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale. déclare Agnès Buzyn