Senior Activ’ : projet transfrontalier pour favoriser le bien-vieillir à domicile des seniors et des personnes âgées fragiles

Le projet transfrontalier SENIOR ACTIV’, qui repose sur un consortium de 17 partenaires, est financé par le Programme européen INTERREG V-A Grande Région.

La Grande Région est composée pour le versant français des Départements de la Moselle, de la Meurthe et Moselle et de la Meuse, puis du Grand-Duché du Luxembourg, de la Sarre, de la Rhénanie-Palatinat et de la Wallonie.

La particularité du projet Senior Activ’ est qu’il englobe également les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Il vise à favoriser au sein de la Grande Région le bien-vieillir à domicile des seniors et des personnes âgées fragiles en :

• améliorant l’image et la place du vieillissement dans nos sociétés,• agissant de manière préventive et personnalisée sur la perte d’autonomie, notamment en anticipant l’adaptation du logement afi n d’éviter les chutes,
• répondant aux besoins de proximité pour prévenir l’isolement et la rupture du lien social,
• optimisant l’accompagnement des parcours de vie individuels.

Une première phase consistera à doter la Grande Région d’un Observatoire transfrontalier et d’un réseau d’experts de professionnels. En mettant en exergue la révolution démographique en cours, l’observatoire permettra d’élaborer un diagnostic partagé au niveau de la Grande Région.

Un Lab’ d’Innovation Publique sera ensuite mis en œuvre pour catalyser des expérimentations transfrontalières sur 4 enjeux :

• la mise en place d’outils communs de prévention sous la forme d’une « Senior Académie »,
• le développement des usages numériques,
• la diffusion d’un habitat adaptable et évolutif,
• la participation sociale et citoyenne des aînés

Cette communauté sera animée à travers une plateforme collaborative transfrontalière et la mise en place de workshops thématiques impliquant l’usager.

Le projet accordera une grande importance à la représentation et l’image du vieillissement dans la société. Les partenaires du projet réaliseront notamment une campagne de communication transfrontalière sur le vieillissement actif et en bonne santé et produiront de nombreux supports de communication qui mettront en avant des aspects de prévention du vieillissement.

Cibles du projet

Avec le souci constant de garantir l’équité entre les territoires urbains et ruraux, le projet s’adresse autant :

• aux seniors dits « actifs », autonomes et indépendants,
• aux personnes âgées fragiles avec quelques limitations ou baisses de capacités,
• aux aidants proches,
• qu’aux professionnels concernés.

Financé par le FEDER à hauteur de 2,2 M€ sur la période 2018-2022, ce projet a pour finalité de faire de la Grande Région un laboratoire européen du mieux-vieillir.

Article diffusé par http://www.lemarchedesseniors.com

Les Américains de 60 ans et plus passent plus de temps devant leurs écrans qu’il y a 10 ans

Le temps passé par les Américains de plus de 60 ans sur leurs téléviseurs, ordinateurs, tablettes ou autres appareils électroniques a augmenté de presque une demi-heure par jour au cours de la dernière décennie, selon une analyse des données du Bureau of Labor Statistics du Pew Research Center, même comme le temps passé devant les écrans chez les jeunes a été plus ou moins stable .

Les 60 ans et plus – un groupe de plus en plus peuplé de baby-boomers vieillissants – consacrent maintenant plus de la moitié de leurs loisirs quotidiens, 4 heures et 16 minutes, devant des écrans, principalement à regarder la télévision ou des vidéos. Le temps passé devant un écran a augmenté pour les personnes de 60, 70, 80 et au-delà, et cette augmentation est évidente selon le sexe et le niveau d’éducation. Pendant ce temps, le temps que ces personnes âgées consacrent à d’autres activités de loisirs, telles que la lecture ou la socialisation, a légèrement diminué.

Cette augmentation du temps d’écran coïncide avec une croissance significative de l’adoption de la technologie numérique par les Américains plus âgés. En 2000, 14% des personnes âgées de 65 ans et plus étaient des utilisateurs d’Internet ; maintenant 73% le sont. Et bien que la possession d’un smartphone soit rare à tous les âges au début du 21e siècle, environ la moitié (53%) des personnes âgées de 65 ans et plus sont propriétaires d’un smartphone .

Dans l’ensemble, le temps de loisirs des Américains de 60 ans et plus est resté stable environ sept heures par jour et le temps qu’ils consacrent à d’autres activités est également resté relativement stable au cours de la dernière décennie. En moyenne, ils dorment plus de huit heures et demie par jour; consacrer trois heures aux tâches ménagères et aux courses; et consacrez plus d’une heure à manger, ainsi qu’une heure supplémentaire à des activités personnelles telles que le toilettage ou les soins de santé. En comparaison, les jeunes Américains travaillent plus, ont moins de temps libre, passent moins de temps à l’écran et consacrent moins de temps aux tâches ménagères.

Bien que les habitudes d’emploi du temps des Américains âgés n’aient pas beaucoup changé au cours de la dernière décennie, certaines différences apparaissent en fonction de l’âge, du sexe et de l’éducation. Plus de quatre Américains sur 60 âgés de plus de 60 ans travaillent toujours, alors que 14% seulement des personnes de 70 ans et 4% de celles de 80 ans et plus ont un emploi. En conséquence, le nombre moyen d’heures de travail par jour chez les personnes de 60 ans est beaucoup plus élevé que chez les personnes de 70 ans et plus.

Ces différences d’âge dans le travail rémunéré se reflètent également dans les différences d’âge dans le temps consacré aux loisirs. Les personnes dans la soixantaine dépensent en moyenne plus d’une heure de moins par jour pour leurs loisirs que leurs homologues plus âgées. Les personnes dans la soixantaine dorment aussi moins que leurs homologues plus âgées et consacrent un peu plus de temps aux soins non rémunérés et au bénévolat.

Les différences dans les expériences quotidiennes des hommes et des femmes âgés de 60 ans et plus font largement écho aux schémas de genre observés aux plus jeunes . Les hommes de 60 ans et plus sont plus susceptibles de travailler que leurs homologues féminines (33% contre 24%) et, parmi ceux qui travaillent, ils ont tendance à travailler plus d’heures.

Cependant, même si plus de travail rémunéré est parfois associé à moins de temps de loisirs, ce n’est pas le cas chez les hommes et les femmes de 60 ans et plus: parmi les adultes de ce groupe d’âge, les hommes travaillent 48 minutes de plus par jour que les femmes, mais ils passer également 42 minutes de plus sur le temps libre.

De leur côté, les femmes de 60 ans et plus consacrent près d’une heure de plus par jour que les hommes aux tâches ménagères et aux courses, en particulier le nettoyage et la préparation des repas. Les femmes passent une heure et 56 minutes à cuisiner et à nettoyer quotidiennement, contre 44 minutes pour les hommes. D’un autre côté, les hommes consacrent plus de temps à l’entretien du ménage – 55 minutes par jour contre 22 minutes pour les femmes.

L’emploi du temps chez les personnes âgées diffère également en fonction du niveau de scolarité. Comme c’est le cas dans tous les groupes d’âge, les personnes les plus instruites sont plus susceptibles d’avoir un emploi. Environ quatre adultes sur dix âgés de 60 ans ou plus et titulaires d’un baccalauréat ou plus (37%) travaillent, par rapport à 31% de leurs homologues ayant une certaine expérience collégiale et à 21% de ceux possédant un diplôme d’études secondaires ou moins. Cela se traduit par un écart dans le temps consacré au travail rémunéré pour toutes les personnes âgées de 60 ans et plus: celles qui ont un baccalauréat ou plus travaillent en moyenne un peu plus de deux heures par jour, tandis que celles qui ont un diplôme de baccalauréat ou plus travaillent moyenne d’une heure et 10 minutes par jour.

Comme chez les jeunes Américains, le temps supplémentaire consacré à un travail rémunéré par des personnes âgées de 60 ans ou plus et titulaires d’un baccalauréat ou plus est compensé par un temps de loisir supplémentaire pour les personnes titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou moins. Et non seulement la quantité de temps libre varie en fonction du niveau d’éducation, mais aussi la façon dont ce temps libre est dépensé. Les personnes moins éduquées passent plus de temps sur leurs écrans et moins de temps à lire par rapport à leurs homologues plus instruits. Les adultes moins scolarisés passent également moins de temps à faire de l’exercice: 12 minutes par jour pour ceux qui ont un diplôme d’études secondaires ou moins, contre 26 minutes pour les diplômés du collégial.

Mais les écarts en matière de temps de loisirs ne sont pas entièrement dus aux différences de temps passé au travail: même parmi les personnes âgées de 60 ans et plus sans emploi, celles qui ont obtenu un diplôme d’études secondaires ou moins passent environ une demi-heure de plus par jour (8 heures et 17 heures). minutes) sur les loisirs que ceux avec soit un certain collège (7 heures et 42 minutes) ou un baccalauréat ou plus (7 heures et 38 minutes). Ces différences s’expliquent davantage par le fossé qui sépare les hommes dans leurs loisirs: les hommes diplômés du secondaire ou moins consacrent une heure de plus par jour à leurs loisirs que les titulaires d’un baccalauréat (9 heures et 10 minutes contre 8 heures et plus). 10 minutes). Parmi les femmes qui ne travaillent pas, le temps consacré aux loisirs est de 35 minutes (7 heures et 42 minutes contre 7 heures et 7 minutes).

Article publié sur http://www.lemarchedesseniors.com

Les jeunes doivent faire face aux défis du vieillissement

Telle est la principale conclusion d’un nouveau rapport majeur intitulé Evidence Review Report intitulé Transformer l’avenir du vieillissement , publié en juin 2019 par SAPEA et dirigé par la Fédération des académies européennes de médecine.

Le rapport est destiné aux bureaux des nouveaux commissaires européens qui devraient entrer en fonction plus tard en 2019. Il présente les meilleures preuves des politiques publiques susceptibles d’aider les pays de l’UE à mettre en place à l’avenir des soins de santé et des services sociaux inclusifs, équitables et durables.

Les auteurs, des scientifiques de renom nommés par des académies de toute l’Europe, concluent que le processus de vieillissement doit être transformé – et que le meilleur moyen d’améliorer les résultats de la vie chez les personnes âgées est de les anticiper et de s’y attaquer chez les jeunes et les personnes d’âge moyen.

Le professeur Jean-Pierre Michel, président du groupe de travail qui a rédigé le rapport, a déclaré:

«En Europe et dans le monde, les gens vivent plus longtemps que jamais. C’est l’une des plus grandes réalisations du siècle dernier et elle présente d’énormes possibilités pour nous, en tant qu’individus: carrières nouvelles et enrichissantes, nouvelles perspectives et perspectives et amélioration de la qualité de la vie.

«Mais cela pose aussi des défis à nos sociétés et à l’Union européenne dans son ensemble. Nous devons nous adapter à ce qui devrait être une main-d’œuvre vieillissante et en diminution, et trouver des moyens viables sur le plan financier pour fournir des soins de santé de haute qualité à tous.

«Sur ce point, les preuves sont claires. Pour ce qui est de prévoir l’âge des personnes, les facteurs génétiques sont relativement mineurs comparés à l’éducation de base, au mode de vie et aux comportements tels qu’une alimentation saine et l’activité physique. Les politiques visant à les promouvoir dès la petite enfance, et même chez les enfants à naître, contribuent directement à un processus de vieillissement en bonne santé tout au long de la vie.

«Et l’amélioration de l’éducation à un jeune âge est essentielle non seulement pour améliorer la santé individuelle, mais également pour doter notre future main-d’œuvre des compétences nécessaires pour soutenir une population vieillissante dans une société en mutation rapide. »

Parmi les autres conclusions principales du rapport figurent:

  • Le vieillissement dans le futur se déroulera dans un contexte très différent du passé et sera profondément affecté par des phénomènes tels que le changement climatique, la pollution atmosphérique et la résistance aux antibiotiques, ainsi que par les changements sociaux en cours. Les stratégies ne seront efficaces que si elles sont en mesure de prendre en compte ces modifications.
  • Les communautés-amies des aînés permettent aux personnes âgées de se sentir en sécurité et de mener leur vie quotidienne à l’aise. Les architectes, les urbanistes, les experts en mobilité et en ergonomie, les spécialistes des affaires sociales et les gériatres doivent coopérer pour que les communautés amies des aînés deviennent la norme.
  • La technologie, y compris les appareils portables et les appareils fonctionnels et l’avènement de l’IA, modifie déjà l’expérience du vieillissement et pourrait le transformer si les obstacles à l’acceptation et à l’aspect pratique pouvaient être surmontés.

Le rapport SAPEA informe le prochain avis scientifique du groupe de conseillers scientifiques en chef de la Commission européenne, qui sera transmis directement aux Commissaires européens afin d’informer les futurs décideurs.

Article publié par http://www.marchesdesseniors.com

Mobilité et transports : la mobilité silver

Rester mobile et autonome participe au bien-vieillir. Cependant, les plus âgés doivent souvent renoncer à la mobilité, ou se faire assister.Ainsi, la quasi-totalité des aidants (93 %) doit assurer une aide à la mobilité. En cause : l’inadaptation de certains transports, la crainte de se blesser ou de blesser autrui… Avec pour résultat un isolement progressif de la société. Pourtant, des solutions existent.

Rester mobile pour éviter l’isolement

Le maintien de l’autonomie et des liens sociaux ne peut se concevoir sans mobilité. Or, avec l’avancée en âge, les seniors connaissent des difficultés à se déplacer et sont sujets à un risque d’isolement réel, d’ailleurs, le « rayon de vie » diminue fortement après 75 ans.

L’étude « La mobilité des seniors en France » menée par Auxilia – Laboratoire de la Mobilité inclusive – révèle que près d’un senior sur trois ne sort pas de chez lui tous les jours et que 44 % des 75 ans et plus déclarent être gênés pour se déplacer. Plus préoccupant encore, 25 % des 75 ans et plus, vivant hors périmètre des transports, n’effectuent aucun déplacement de toute la semaine.

Il demeure nécessaire de coordonner différents services et dispositifs pour permettre aux seniors de conserver leur indépendance aussi longtemps que faire se peut.

En attendant les voitures autonomes

Lorsque l’on avance en âge, l’usage de la voiture est un moyen pour continuer à être autonome. Néanmoins, les capacités physiques et cognitives déclinent (baisse de la vue, de l’audition, raideurs articulaires, temps de réaction plus long…). Il peut ainsi devenir difficile voire impossible de conduire, phénomène aggravé par la prise de certains médicaments.

Selon une étude américaine publiée dans la revue « The Journal of Gerontology: Social Science », le fait d’arrêter de conduire contribuerait à accroître l’isolement social des seniors. Une modification des habitudes ou le choix d’un véhicule adapté permettent de ne pas interrompre la conduite automobile prématurément, en attendant l’émergence des voitures autonomes…

La mobilité silver

Aujourd’hui, différents dispositifs permettent de favoriser la mobilité des seniors. Certains tiennent de l’aménagement urbain, en réintroduisant plus de bancs dans les villes par exemple. D’autres s’appuient sur des équipements (rolator, scooters et vélos électriques…), sur des services d’aide à la mobilité (taxi spécialisé individuel ou collectif, chauffeur privé, co-voyage solidaire…) ou encore sur des nouvelles technologies, comme les voitures autonomes ou la géolocalisation.

Les entreprises de transports en commun proposent également des services gratuits d’accueil et d’accompagnement en gare ou dans les aéroports pour les plus âgés, tout en travaillant quotidiennement à leur meilleure accessibilité.

Répondre à la problématique du dernier kilomètre

Malgré les prototypes d’exosquelettes promettant, pour demain, de pallier une déficience physique, une problématique reste encore pour de nombreuses années sans réponse, celle du dernier kilomètre : c’est-à-dire la distance entre le point d’accès aux transports et le domicile.

Que se passe-t-il entre le domicile et l’arrêt de bus, ou la gare, ou le centre-ville, ou même le RDC de l’immeuble ?

La révolution des transports et de la mobilité ne pourra se faire sans une approche globale de l’urbanisme. Il est par exemple nécessaire d’augmenter les taux d’équipement en ascenseur dans les immeubles pour accompagner les besoins grandissants en mobilité des seniors et de l’ensemble des citoyens. La mobilité verticale est désormais au coeur de nos vies urbaines. Elle permet d’exploiter de nouveaux espaces et contribue à limiter l’étalement urbain. Elle joue également un rôle sociétal, en favorisant l’intégration des personnes âgées et en facilitant le quotidien de chacun.

« Senior Citizen Mark »

Au Japon, le Senior Citizen Mark est un autocollant apposé sur les véhicules des automobilistes seniors qui invite les autres conducteurs à adopter une conduite attentive à l’égard de leurs aînés. Une démarche qui serait en France considérée comme trop stigmatisante …

Repères


• Le rayon de vie diminue fortement après 75 ans, passant en moyenne de 17 km parcourus par jour à 8 km.
• Depuis le 1er juin 2018, plus de 200 000 personnes âgées de plus de 65 ans bénéficient de la gratuité intégrale du titre de transport en commun à Paris, sous condition de ressources.
• 65 % des Français considèrent que la capacité à pouvoir se déplacer facilement est indispensable pour la qualité de leur vie quotidienne (Laboratoire de la Mobilité inclusive).
• Les 65 ans et plus représentent 20% des automobilistes en France et 77 % des Français souhaitent un contrôle obligatoire pour les seniors au volant (sondage IFOP).

Article issu de http://www.silvereco.fr

La population mondiale devrait atteindre 9,8 milliards en 2050, et 11,2 milliards en 2100

World Population Prospects: The 2017 Revision, publié par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, propose un examen complet des tendances démographiques mondiales et des perspectives d’avenir. Les informations sont essentielles pour orienter les politiques visant à atteindre les nouveaux objectifs de développement durable.

Changements dans les classements de la population des pays

Les nouvelles projections incluent certaines constatations notables au niveau des pays. La Chine (1,4 milliard d’habitants) et l’Inde (1,3 milliard d’habitants) restent les deux pays les plus peuplés, avec 19 et 18% de la population mondiale totale. Dans environ sept ans, ou autour de 2024, la population indienne devrait dépasser celle de la Chine. Parmi les dix plus grands pays du monde, le Nigeria connaît la croissance la plus rapide. En conséquence, la population du Nigéria, actuellement la septième plus grande au monde, devrait dépasser celle des États-Unis et devenir le troisième plus grand pays du monde peu avant 2050.

L’augmentation mondiale est en grande partie imputable à un petit nombre de pays.

Entre 2017 et 2050, la moitié de la croissance démographique mondiale devrait se concentrer sur neuf pays seulement: Inde, Nigéria, République démocratique du Congo, Pakistan, Éthiopie. , République-Unie de Tanzanie, États-Unis d’Amérique, Ouganda et Indonésie (classés par leur contribution attendue à la croissance totale).

Le groupe des 47 pays les moins avancés (PMA) continue d’avoir un taux de fécondité relativement élevé, qui s’est établi à 4,3 naissances par femme en 2010-2015.

En conséquence, la population de ces pays a connu une croissance rapide, de l’ordre de 2,4% par an. Bien que ce taux d’augmentation devrait ralentir considérablement au cours des prochaines décennies, la population totale des PMA, soit environ un milliard en 2017, devrait augmenter de 33% entre 2017 et 2030 et atteindre 1,9 milliard de personnes en 2050. De même , L’Afrique continue de connaître une forte croissance démographique. Entre 2017 et 2050, les populations de 26 pays africains devraient s’étendre au moins au double de leur taille actuelle.

La concentration de la croissance démographique mondiale dans les pays les plus pauvres présente un défi considérable pour les gouvernements dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui vise à éliminer la pauvreté et la faim, à développer et à moderniser les systèmes de santé et d’éducation, à réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, à réduire les inégalités. et veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte.

Ralentissement de la croissance démographique mondiale dû à la baisse des taux de fécondité

Ces dernières années, la fécondité a diminué dans presque toutes les régions du monde. Même en Afrique, où les niveaux de fécondité sont les plus élevés de toutes les régions, la fécondité totale est passée de 5,1 naissances par femme en 2000-2005 à 4,7 en 2010-2015.

L’Europe a fait exception à cette tendance ces dernières années, la fécondité totale étant passée de 1,4 naissance par femme en 2000-2005 à 1,6 en 2010-2015.

De plus en plus de pays ont maintenant des taux de fécondité inférieurs au niveau requis pour le remplacement des générations successives (environ 2,1 naissances par femme), et certains sont dans cette situation depuis plusieurs décennies. En 2010-2015, la fécondité était inférieure au niveau de remplacement dans 83 pays, représentant 46% de la population mondiale. Les dix pays les plus peuplés de ce groupe sont la Chine, les États-Unis d’Amérique, le Brésil, la Fédération de Russie, le Japon, le Viet Nam, l’Allemagne, la République islamique d’Iran, la Thaïlande et le Royaume-Uni (par ordre de taille de la population).

Le faible taux de fécondité entraîne également le vieillissement de la population

Le rapport souligne qu’une réduction du niveau de fécondité se traduit non seulement par un ralentissement de la croissance démographique, mais également par une population plus âgée.

Par rapport à 2017, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait plus que doubler d’ici 2050 et plus que tripler d’ici 2100, passant de 962 millions en 2017 à 2,1 milliards en 2050 et à 3,1 milliards en 2100.

En Europe, 25 % de la population a déjà 60 ans ou plus. Cette proportion devrait atteindre 35% en 2050 et rester autour de ce niveau dans la seconde moitié du siècle. Les populations d’autres régions devraient également vieillir de manière significative au cours des prochaines décennies et jusqu’en 2100. L’Afrique, par exemple, dont la répartition par âge est la plus jeune de toutes les régions, devrait connaître un vieillissement rapide de sa population. Bien que la population africaine reste relativement jeune pendant encore plusieurs décennies, le pourcentage de sa population âgée de 60 ans ou plus devrait passer de 5% en 2017 à environ 9% en 2050, puis à près de 20% d’ici la fin du siècle.

À l’échelle mondiale, le nombre de personnes âgées de 80 ans et plus devrait tripler d’ici 2050, passant de 137 millions en 2017 à 425 millions en 2050. D’ici 2100, il devrait passer à 909 millions, soit près de sept fois sa valeur en 2017. devrait avoir un effet profond sur les sociétés, soulignant les pressions fiscales et politiques auxquelles les systèmes de soins de santé, de retraite et de protection sociale de nombreux pays seront probablement confrontés au cours des prochaines décennies.

Augmentation de l’espérance de vie dans le monde entier

Des améliorations substantielles de l’espérance de vie ont eu lieu ces dernières années. Au niveau mondial, l’espérance de vie à la naissance est passée de 65 ans pour les hommes et de 69 ans pour les femmes en 2000-2005 à 69 ans pour les hommes et de 73 ans pour les femmes en 2010-2015.

Néanmoins, de grandes disparités subsistent entre les pays. Bien que toutes les régions aient partagé l’espérance de vie en hausse, les gains les plus importants ont été enregistrés en Afrique, où l’espérance de vie a augmenté de 6,6 ans entre 2000-2005 et 2010-2015 après avoir augmenté de moins de deux ans par rapport à la décennie précédente.

L’écart d’espérance de vie à la naissance entre les pays les moins avancés et les autres pays en développement s’est réduit, passant de 11 ans en 2000-2005 à 8 ans en 2010-2015. Bien que les différences d’espérance de vie entre les régions et les groupes de revenus devraient persister dans les années à venir, elles devraient diminuer considérablement d’ici 2045-2050.

Aidants familiaux et congé rémunéré, dès 2020

Le 3 juillet, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, a annoncé la création d’un congé indemnisé en faveur des aidants familiaux qui devrait être mit en place dès 2020.

On dénombre actuellement 11 millions de personnes qui accompagnent un proche en situation de dépendance, soit plus d’un français sur six et parmi eux, plus de la moitié sont contraints de cumuler une vie professionnelle en plus de leur rôle d’aidant. Cependant, le rôle des aidants n’est pas encore reconnu à juste titre au sein de la société.

Le 25 avril dernier, lors d’une conférence de presse, que cet enjeu a été évoqué par le Président de la république qui estime comme nécessaire la reconnaissance du rôle d’aidant familial. Il faut selon lui « leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits ».

S’il existe déjà depuis 2017 le congé de proche aidant permettant aux aidants familiaux de cesser leur activité professionnelle sous condition et pour une durée maximale de trois mois dans le but de s’occuper d’un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie, celui-ci n’est cependant pas rémunéré et par conséquent très peu de personnes souhaitent en profiter.

La 3 juillet, Agnès Buzyn a annoncé un plan en faveur des aidants familiaux qui sera présenté à l’automne en présence de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargé du handicap. L’une des principales mesures de ce plan sera la création d’un congé rémunéré, destiné aux aidants qui doivent prendre soin d’un proche en situation de dépendance, qui figurera dans le prochain budget de la Sécurité sociale.

Je peux déjà vous dire que parmi les axes majeurs de ce plan figurera la conciliation de la vie professionnelle et de la vie de proche aidant. Pour la faciliter, nous allons créer un congé de proche aidant, indemnisé, dès la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale. déclare Agnès Buzyn