Le 1er Grand Prix Mondial de Télémédecine : découvrez les lauréats

Découvrez les lauréats !! https://www.silvereco.fr/le-1er-grand-prix-mondial-de-telemedecine-decouvrez-les-laureats/31115365

L’Académie Francophone de Télémédecine et de e-Santé a désigné le lauréat du premier Grand Prix Mondial de Télémédecine. C’est à l’Académie Nationale de Médecine, devant une salle comble, qu’un jury représentant les deux académies a récompensé Concilio, le service de conciergerie médicale. Ce prix est doté de 50 000 euros en partie numéraire et équivalence mécénat technologique. L’Académie Francophone de Télémédecine a également distingué 8 start-up et associations soutenues par des entreprises mécènes pour leurs initiatives originales en matière de prévention, parcours de santé et de soins, et d’accès aux soins pour tous.

Concilio vainqueur du Grand Prix Mondial de Télémédecine.

A l’occasion du premier Grand Prix mondial de Télémédecine qui s’est tenu le jeudi 5 décembre à l’Académie Nationale de Médecine, le Grand Prix a été désigné par un jury mixte composé des Membres Titulaires de l’Académie Nationale de Médecine et des Membres Fondateurs de l’Académie Francophone de Télémédecine et de e-Santé.

C’est Concilio, le service de conciergerie médicale créé en 2015 par le Docteur Florian Reinaud et Georges Aoun qui a reçu le Grand Prix Mondial des mains du Professeur Emmanuel-Alain Cabanis, Président de l’Académie Nationale de Médecine et de Ghislaine Alajouanine, Présidente de l’Académie Francophone de Télémédecine et de e-santé.

La mission de Concilio : briser les barrières et démocratiser l’accès au meilleur de la santé, encore trop souvent réservé à un cercle fermé d’initiés. Pour cela, cette plateforme médicale propose aux patients et à leur famille un service d’accompagnement santé qui permet d’établir plus rapidement le bon diagnostic (notamment grâce à des prises de rendez-vous rapides) et optimisent la prise en charge en réalisant un accompagnement à chaque étape du parcours de soin.
Au cœur du système : un vaste réseau indépendant de médecins reconnus par leurs pairs pour le traitement de plus de 5 000 pathologies.

2 prix coup de cœur ont également été attribués à Libheros, solution d’organisation et de suivi des soins à domicile, et au projet « Smart Village » développé au Niger.

Ghislaine Alajouanine

Ghislaine Alajouanine, Présidente de l’Académie Francophone de Télémédecine et de e-Santé déclare : Ce premier Grand Prix Mondial de Télémédecine et l’implication à nos côtés de l’Académie Nationale de Médecine constituent un moment historique pour tous. Cela résonne d’une manière si symbolique pour nous, pionniers de la télémédecine, qui œuvrons depuis 30 ans pour son développement. Les chiffres du Conseil de l’Ordre des Médecins témoignent de l’urgence : 8 millions de Français sont concernés par les déserts médicaux. Notre pays compte 192 zones en danger, soit 11 300 communes concernées. La situation est dramatique : beaucoup de Français n’ont pas d’autre choix que celui de renoncer à se soigner. La télémédecine est une réponse, même si elle n’est pas la panacée. Mise en pratique dans d’autres pays, elle a largement fait ses preuves. La technologie nous l’avons, ce qui nous manque c’est une volonté politique forte et des moyens associés.

Vu sur Silvereco.fr !

Deuxièmes rencontres CNSA – départements

Les Deuxièmes Rencontres départements – CNSA ont eu lieu le 3 décembre à Paris et le Living Lab de Troyes/UTT y a présenté un poster. C’était un événement national important pour les acteurs du domaine. Madame la Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn est venue faire un discours remarqué. 

Lors de la table ronde avec Myriam EL KHOMRI, ancienne ministre et pilote de la mission sur l’attractivité des métiers du grand âge, ils ont présenté le reportage vidéo fait sur les dynamiques collectives et participatives des personnes âgées mis en place au living lab depuis maintenant presque 7 ans. Cela décrit les ateliers déployés dans l’Aube en tant qu’activité participative sur la sensibilisation des technologies e-Santé grand-public et les nouvelles formes d’habitat.

Dimitri VOILMY, chef de file de ce Living Lab, a animé les débats et participé activement à cette journée.

Voir le reportage présenté sur cette vidéo ! https://www.dailymotion.com/video/x7oqll3

 » Merci Dimitri de nous faire partager ton activité par ces informations et notamment par ce reportage video sur les ateliers que tu as mis en place dans l’Aube.

Félicitations, car cette vidéo reflète bien l’implication et le plaisir de ces personnes à participer et à découvrir ces nouvelles technologies e-santé. 

Ces ateliers sont en effet très intéressants à plusieurs niveaux car ils illustrent combien ils répondent aux besoins de ces personnes de s’informer, d’échanger, de dépasser leurs craintes voire leurs rejets de nouveaux outils technologiques. Par ailleurs ces moments partagés permettent de penser qu’ils doivent susciter le désir des participants de poursuivre leurs interrogations et découvertes lors de nouvelles rencontres autour d’autres sujets liés au vieillissement voire dans leur implication dans la cité.  » Christine ROOSEN

Novembre 2019 : Le salon de la Silver Economie

Sur 2 jours, ce salon a présenté sur son territoire habituel (Porte de Versailles) les innovations et les services afférents au domaine de la Silver Eco. Beaucoup de monde, de nombreuses évolutions dans les professionnels présents, les thèmes évoqués, les start’ups … de nombreuses conférences, et la SFTAG a partagé cette photographie instantanée de fin d’année.

Le secrétaire avec le trésorier de la SFTAG !
Une adhérente fidèle de la SFTAG, avec qui les échanges ont été chaleureux .. jusqu’au repas !

ANGERS Salon EN MODE SENIOR : La SFTAG y était !

Cet évènement hybride proposait tout à la fois un Forum grand public, un Congrès, une exposition et des visites de sites hors les murs. Il a réuni durant quatre jours des acteurs du monde de la recherche, des entreprises, des décideurs politiques et des usagers-citoyens autour des besoins des seniors à l’ère du numérique.

Les débats ont notamment porté sur le thème de l’Intelligence Artificielle et de ses bénéfices pour les seniors dans le cadre de l’amélioration de leur vie quotidienne (autonomie, maintien à domicile, ville intelligente, plus inclusive et accessible).

L’enjeu est de taille lorsque l’on sait que la part des seniors dans la population française va passer de 25% en 2018 à 33% en 2030. Ce vieillissement de la population aura de nombreuses conséquences sur l’évolution des villes et des logements qui devront être plus intelligents, plus inclusifs et plus  humains. Cette problématique s’applique aussi bien à la France qu’à l’Europe et à la plupart des pays développés. Retour sur ce premier rendez-vous international.

Angers, lieu de rendez-vous des acteurs mondiaux de la Silver Économie

2 700 participants étaient présents cette semaine à Angers, au Centre de Congrès Jean-Monnier, pour la première édition du Salon international “En Mode Senior”.

Consacré au décryptage des enjeux de la Silver Économie, l’événement a réuni 45 intervenants du  monde entier, lors de 12 sessions de débats (tables rondes, conférences , symposia et Policy Forum), en présence de Christophe Béchu, Maire d’Angers et Président de la Communauté urbaine Angers Loire Métropole.

L’espace d’exposition de 2 000 m², dédié aux entreprises régionales, nationales, internationales et aux initiatives publiques, a permis de présenter aux visiteurs un grand nombre de projets innovants destinés à faciliter le quotidien des seniors et la prise en charge de la dépendance.

Quand un ancien Président (Vincent Rialle, à gauche) échange avec le Président actuel (Abdelaziz Djellal, au centre)
Le secrétaire et le Président à Angers

Le béguinage est une forme d’habitat dit « inclusif »

Historiquement, les béguinages sont des lieux où vivaient des communautés religieuses. Aujourd’hui, certains béguinages ont été rénovés pour offrir un cadre de vie adapté aux personnes âgées. De nouveaux ensembles pavillonnaires se construisent également sur le modèle des anciens béguinages. Les béguinages gardent une vocation sociale et accueillent des personnes âgées aux revenus modestes.

Interview des dirigeants du Groupe Vivr’Alliance qui développe sur le territoire national un nouveau concept de résidences pour seniors dénommé « les béguinages ».

Pouvez-vous présenter le Groupe Vivr’Alliance ?

L’association « Vivre en béguinage » est une association loi 1901 créée en janvier 2017, enregistrée en préfecture des Pyrénées Orientales. Elle fait partie du groupe « Vivr’Alliance» qui développe sur le territoire national un nouveau concept de résidences pour seniors dénommé « les béguinages ».

Qu’est-ce que le Béguinage ?

Le béguinage est une forme d’habitat dit « inclusif » où des personnes autonomes, principalement retraitées ou en situation de fragilité, vivent de manière autonome dans un environnement sécurisé et bienveillant.

L’habitat inclusif est défini par les pouvoirs public selon quatre caractéristiques principales, à savoir :

  • Soutien à l’autonomie de la personne,
  • Veille et Sécurisation de la vie à domicile,
  • Aide à l’inclusion sociale des personnes en situation de fragilité,
  • Soutien à la convivialité.

Deux constats

L’évolution démographique

Un 2019, 13,4 millions de Français(es) sont âgés de 65 et plus. Ce nombre ne fera que croître au fil des années avec l’arrivée à la retraite des « papy-boomers », l’amélioration des conditions de vie et l’allongement de l’espérance de vie. Selon les statistiques, en 2040, cette tranche d’âge représentera 19 millions de personnes, soit 26,1% de la population, une hausse de 42% en l’espace d’une vingtaine d’année.

L’avis des médecins

Grandement inspiré par le rapport sur le « bien vieillir » remis en mars 2011 par le Dr. Olivier de Ladoucette au Ministre de la Santé du moment, madame Nora Berra ; ce nouveau mode d’habitat est depuis au centre des préoccupations de bon nombre de nos contemporains.

  • Lutte contre l’isolement et la solitude des personnes âgées,
  • Inclusion sociale et ancrage territorial
  • Actions en prévention de la perte d’autonomie
  • Maintien à domicile : HAD (Hospitalisation à Domicile) ; Labellisation HS2 des logements (Haute Sécurité Santé) ; Téléassistance ;  Services d’aide à la personne ; À terme la téléconsultation médicale. Ces habitats individuels adaptés sont non seulement une opportunité pour les personnes isolées mais également une source d’économie pour la collectivité (recul de la dépendance et de l’entrée en EHPAD).

Une réponse

Le béguinage est une réponse novatrice, complémentaire, un chaînon manquant entre le logement ordinaire et l’hébergement en institution.
Il a vocation à préserver le plus longtemps possible l’autonomie des personnes en leur donnant une nouvelle espérance dans leur 3ème vie.

La vie au béguinage :

Les béguinages sont d’une manière générale composés de petits ensembles de logements indépendants accessibles à la location, associés à des espaces communs partagés (salle polyvalente, salon/bibliothèque, espaces verts, chambres d’hôtes).
Résidences à taille humaine, où chacun peut vivre le désir profond de rester autonome jusqu’au bout, les béguinages sont implantés en ville ou dans des quartiers vivants, afin de faciliter les nécessités du quotidien (alimentation, transport en commun, soins…).

Le béguinage offre à tous :

  • Un lieu de relations amicales, où le sentiment de solitude est banni.
  • Un vrai « chez soi » dans un appartement de type 2 ou 3, où l’on peut continuer à vivre comme à la maison.
  • Un lieu où les gens restent maîtres des événements, responsables de leur propre vie, où ils gardent le droit de décider.
  • La possibilité de rester actif, utile pour la société, en lien avec les réalités en investissant le tissu associatif local.

Grâce à l’association et moyennant une contribution modeste, les résidents bénéficient en plus de la présence d’un veilleur in situ, d’un accompagnement humain spécifique dédié, aidé en cela par un accompagnateur et un consultant, tous deux spécialisés en relations humaines.

Existe-t-il un profil type d’une personne habitant un Béguinage ?

Il n’y a pas de limite d’âge dans un sens comme dans l’autre. Toutefois, le fléau de la solitude, de l’isolement, de l’exclusion, touche majoritairement les seniors, qui sont donc plus concernés que les générations plus jeunes, qui jouissent d’une vie sociale et/ou familiale plus active.

Le béguinage est un ensemble d’appartements où l’on vit chez soi. Donc, comme chez soi, il faut pouvoir préserver son autonomie. Les appartements sont par ailleurs conçus pour accueillir des personnes à mobilité réduite.

Le béguinage se veut être accessible au plus grand nombre. Dans la mesure du possible, les loyers sont régulés par les standards du logement social intermédiaire offrant ainsi un environnement sécurisé de qualité à un prix très abordable.

Quel est votre actualité ?

L’association « Vivre en Béguinage » présente deux nouveaux béguinages qui ouvriront leur porte 2ème trimestre 2020.

Le béguinage de « L’Etoile » au Mans,  situé le long de la discrète rue Albert Maignan permettra aux futurs locataires du béguinage de bénéficier d’un cadre de vie agréable et d’une forte présence végétale avec l’accès vers un parc arboré de près de 7000 m2. Le béguinage sera composé de 19 logements uniquement proposés à la location, associés à des espaces de vie partagés dans un environnement adapté et sécurisé.

Le béguinage « Le Val d’Or » situé à Paray-Le-Monial comprend 20 logements de plain-pied, 10 logements de type T2 et 10 logements de type T3 uniquement accessibles à la location. La résidence est située dans le quartier des Miquets, à quelques minutes seulement du centre-ville et de la basilique du Sacré-Cœur.

Interview de Christophe BAIOCCO, le cofondateur de « Vivre en Béguinage » lors de la journée découverte du béguinage « Le Val d’Or »

Vu sur http://www.ageeconomie.com

Comment Facebook compte se servir de l’interface homme-machine de CTRL-Labs

Facebook avance dans son ambition de lancer de nouveaux produits hardware avec l’acquisition de CTRL-Labs. La startup basée à New-York travaille sur le développement d’un bracelet qui permettrait de contrôler un ordinateur ou d’autres appareils par la pensée. Le montant de l’acquisition atteindrait 1 milliard de dollars selon The Information.

Fondé en 2015 par un trio d’entrepreneurs, Patrick KaifoshThomas Reardon et Timothy Machado, CTRL-Labs avait levé 67 millions de dollars depuis sa création et était notamment soutenu par Lux Capital, Alphabet venture capital ou encore Amazon.

Quelle vision?

Les équipes de CTRL-Labs rejoindront celle du « Facebook reality Labs ». Les explications d’Andrew Bosworth, VP consumer hardware de Facebook, pour expliquer ce rachat permettent d’en savoir plus sur la vision du réseau dans ce domaine. L’ambition de la firme de Menlo Park? Construire des moyens plus « naturels » et « intuitifs » pour interagir avec les appareils et la technologie. Il s’agit donc de mettre au point un bracelet «permettant aux utilisateurs de contrôler leurs appareils comme une extension naturelle du mouvement» et qui pourrait être déployé à grande échelle.

Comment celui-ci fonctionnerait-il? «Vous avez des neurones dans votre colonne vertébrale qui envoient des signaux électriques aux muscles de votre main, leur demandant de se déplacer de manière spécifique, par exemple de cliquer sur une souris ou d’appuyer sur un bouton. Le bracelet décodera ces signaux et les traduira en un signal numérique que votre appareil peut comprendre, vous permettant ainsi de contrôler votre vie numérique », décrit Andrew Bosworth. «Il enregistra votre intention pour que vous puissiez partager une photo avec un ami en utilisant un mouvement imperceptible ou tout simplement en y pensant». Il n’y a pas pour l’instant plus de précision sur une éventuelle date de sortie.

Présentation de CTRL-Labs par Thomas Reardon, CEO et co-fondateur, lors de Slush 2018:

Mais ces annonces posent encore question en matière de protection des données, si Facebook se met aussi à collecter celles qui concernent votre cerveau…

Vu sur http://www.frenchweb.fr